Juste une boîte à outils supplémentaire ? Comment une conception centrée sur l’utilisateur et le développement local des outils informatiques permettent à l’eau de continuer à couler

Ceci est un blog de la Fondation PRACTICA, Organisation membre du RWSN.

L’Alliance Internationale WASH valorise les outils soutenant la maintenance durable des systèmes d’approvisionnement en eau en milieu rural

Dans les articles précédents, nous avons expliqué pourquoi la gestion d’actifs (GA) représentait une opportunité pour améliorer le fonctionnement technique et financier des systèmes d’approvisionnement en eau dans les pays du Sud. Cependant, les expériences nous ont appris que proposer simplement des « outils » n’est pas une solution à la gestion durable de l’eau. Pour simplifier la GA, Practica a créé un outil basé sur Excel. Cependant, mais il s’est avéré que ce n’est pas forcément facile à utiliser et cela peut prendre beaucoup de temps avant que opérateurs locaux et les comités d’utilisateurs l’emploient efficacement.

La proposition d’approche de l’Alliance Internationale WASH

Dans le cadre du programme WASH SDG, sont développés un ensemble d’outils « open source » basés sur des processus de conception itératifs et centrés sur l’utilisateur. Le développement des outils est dirigé par SmartTech, une société basée au Népal. Pour s’assurer que tous les besoins des utilisateurs soient pris en compte, beaucoup de temps a été investi pour engager activement les parties prenantes locales. Comités d’usagers, utilisateurs, entrepreneurs, et organismes de régulation tels que les gouvernements (locaux) ont participé à la conception, au prototypage et aux tests sur le terrain.

« Ce qui m’a le plus frappé, c’est le haut niveau de collaboration que les parties prenantes ont atteint avec le soutien de l’Alliance Internationale WASH ». – Serish Dhital, chef de projet chez Smart Tech.

Il ajoute : « L’équipe de conception doit consacrer suffisamment de temps à comprendre qui sont les utilisateurs, quels sont leurs besoins, leurs priorités et leurs contraintes. Au final, cela se traduit par le développement d’un outil simple, et que les gens veulent vraiment utiliser car il leur facilite la vie et présente des avantages évidents tels que le gain de temps et de rentabilité. »

 « Outils » de gestion d’actifs
  1. Outil « e-learning »

Pour guider l’application de la GA, il est important que toutes les personnes impliquées en aient une bonne compréhension. Une composante de renforcement des capacités a été intégrée dans la boîte à outils de GA. L’e-learning est un outil interactif, basé sur Moodle (une plate-forme open source). Le processus d’apprentissage a été séparé en 3 modules, chacun visant des groupes cibles différents. Le premier s’adresse aux membres des comités d’usagers de l’eau, représentants des gouvernements locaux. Ici, l’outil traite des bases et décrit pourquoi la mise en œuvre de la GA est essentielle.

Le deuxième groupe cible comprend les opérateurs des systèmes et le personnel de terrain des ONG. Les sujets abordés sont plus techniques et pratiques, y compris la mise en œuvre et le suivi d’un plan de GA dans un cadre réel. Le troisième module s’adresse aux professionnels du gouvernement, ONG et entreprises privées. L’objectif principal est de traduire les connaissances acquises dans les deux premiers modules en une stratégie et un plan de GA solide. Il comprend une section pour analyser différents scénarios de coûts et de tarifs.

2. Application Android

Une application est en cours de développement. Sur la base des besoins identifiés, l’application devrait inclure :

  1. Un livre de caisse numérique avec les revenus et dépenses par mois.
  2. Les activités de maintenance par actif réparties en trois catégories : préventive, inspectrice et réactive, et la possibilité d’inclure les journaux de maintenance.
  3. Surveillance du service pour vérifier le niveau fourni en termes de quantité et de qualité de l’eau.

3. Tableau de bord

Le tableau de bord sur le Web permettra de surveiller la maintenance, les finances et de planifier les activités de service. Les fonctionnalités envisagées incluent :

  1. Visualisation des données financières : revenus et dépenses annuels, actuels et attendus, et un livre de caisse avec les flux monétaires.
  2. Maintenance : comprend une visualisation détaillée des coûts d’exploitation et de maintenance, avec une répartition en coûts de matériel, de remplacement et de main-d’œuvre. Et une évaluation des risques pour les actifs des systèmes.
  3. Surveillance du niveau de service : comprend les volumes d’eau fournis par mois, la qualité de l’eau, et la possibilité de vérifier si cela correspond au volume d’eau vendue. Ainsi l’eau non facturée peut être comptabilisée.

Dans le dernier article de cette série de blogs, la feuille de route pour la mise en œuvre, le partage, la promotion et la mise à l’échelle des outils sera présentée.

Merci à Serish Dhital, chef de projet chez SmartTech. Ce document a été développé par la Fondation Practica en tant que membre de l’Alliance Internationale WASH, partenaire du WASH SDG Consortium. info@practica.org / www.practica.org. Credit photo: CIUD, Nepal.

Author: RWSN Secretariat

RWSN is a global network of rural water supply professionals. Visit https://www.rural-water-supply.net/ to find out more