Les populations rurales peuvent-elles payer pour l’eau en temps de crise ?

Les co-auteurs de ce blog invité sont le Professeur Rob Hope (REACH Programme) et le Dr Guy Hutton (UNICEF). Une version de ce blog an anglais est disponible sur le site web du programme REACH.

Rendre l’eau potable abordable pour les populations rurales a toujours été un défi. La COVID-19 exerce des pressions urgentes sur les gouvernements, les prestataires de services et les utilisateurs d’eau en milieu rural qui ont des besoins prioritaires en eau pour se laver les mains à la maison, dans les écoles et dans les établissements de santé.

Le 23 juin, le programme REACH et l’UNICEF ont organisé un webinaire en partenariat avec le RWSN afin de présenter de nouvelles données sur l’évolution de la demande et des revenus de l’eau, et d’étudier comment mesurer l’accessibilité économique de l’eau dans le but d’améliorer les réponses politiques et programmatiques. Le webinaire complet est accessible ici.

pic 2

Nous avons identifié cinq leçons clés que nous présentons ci-dessous, en réponse à la question: Les populations rurales peuvent-elles payer pour l’eau en temps de crise ?

Leçon 1 – Cela est possible. L’expérience de la République centrafricaine (RCA) a mis en évidence un modèle de prestation de services professionnels qui a permis de fournir des services d’eau fiables pendant de nombreuses années à échelle, malgré la guerre civile et la stagnation économique. Des pays comme l’Inde sont en train d’étendre une plateforme de suivi pour améliorer les réponses, soutenue par des prestataires de services gouvernementaux établis sur place.

Leçon 2C’est plus difficile en temps de crise. Les pays sans données et sans réseau de prestataires de services responsabilisés sont confrontés à des choix plus difficiles. L’approvisionnement en eau, imposé par la loi, les politiques et la réglementation, est limité en l’absence de prestataires de services déjà établis au niveau local. Les prestataires informels, tels que les vendeurs, peuvent desservir des populations éloignées en temps normal, mais leur capacité à fournir de l’eau pendant la pandémie de la COVID-19 est limitée en raison des restrictions de voyage. Les règles doivent rester souples.

 

Leçon 3 – Les populations pauvres sont les plus vulnérables. Les données mondiales ont illustré les coûts plus élevés que payent les groupes aux revenus les plus faibles au Ghana, au Cambodge, au Pakistan et en Zambie, ainsi que les coûts importants liés au temps passé à transporter de l’eau, qui sont plus élevés pour les déciles aux revenus les plus faibles. La conception de tarifs mensuels plutôt que volumétriques peut éviter une contrainte de revenu liée à l’augmentation de l’eau pour les besoins d’hygiène. Les inondations et les sécheresses présentent un risque supplémentaire important. Le suivi des données est ainsi un outil clé permettant de fournir une alerte précoce pour cibler les ressources afin de limiter les dommages.

Leçon 4 – Assurer un financement durable. Une eau fiable peut coûter moins d’un dollar par personne et par an. Mais cela nécessite une subvention pour les prestataires de services locaux et les utilisateurs d’eau ont besoin d’un soutien pour maintenir les services en fonctionnement. Une large proportion des populations rurales ne paie pas l’eau aujourd’hui par choix ou en raison d’inégalités. Il a été noté que les gouvernements ne peuvent pas se permettre de ne pas assurer l’accès à l’eau pour les populations. Mais une “eau gratuite” causerait plus de tort, mettant en péril la capacité des prestataires à fournir et à maintenir des services pour tous. Il s’agit là de choix difficiles et les décisions dépendront du contexte.

Leçon 5 – Mieux reconstruire. La COVID-19 a mis en évidence les faiblesses connues de l’ approvisionnement en eau en milieu rural. Investir dans des prestataires de services locaux et responsabilisés est un élément clé de toute stratégie de durabilité. Les écoles et les établissements de santé sont au cœur de ce vaste réseau de services et constituent une priorité essentielle. Ces institutions partagent souvent des infrastructures hydrauliques avec les communautés rurales, et  pourraient constituer un élément central et stratégique de l’approvisionnement en eau pour tous.

pic3

Le webinaire s’est déroulé en deux parties sur une durée d’une heure et demie. Tout d’abord, un aperçu du débat et des caractéristiques de l’accessibilité financière par le professeur Rob Hope (Université d’Oxford), présenté par Alice Chautard avant les présentations du Dr Guy Hutton (UNICEF), Andrew Armstrong (Université d’Oxford)et le Dr Sonia Hoque (Université d’Oxford). Cette présentation a été suivie par une session de questions-réponses facilitée par Alice Chautard. Le webinaire complet est accessible ici.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à nous écrire : reach@water.ox.ac.uk et vous pouvez nous trouver sur Twitter @REACHWater @UNICEFWater @RuralWaterNet. Crédits photo: Mary Musenya Sammy et Cliff Nyaga.

Why getting ‘water affordability’ right matters – and how water diaries can be of help

re-posted from REACH

Dr Sonia Hoque, University of Oxford

Having access to 24/7 potable piped water in the comfort of our dwelling is a luxury that many of us take for granted. In the UK, an annual water and sewerage bill of £400 accounts for about 1% of the annual average household income of £40,000. This ‘safely managed’ water service, defined as having access to an improved source within one’s premises, is well within the widely established global affordability threshold of 3-5% of one’s household income. Estimating payments for water as a percentage of households monthly expenditures may adequately reflect ‘affordability’ in contexts where households have connections to piped water systems or rely on paid sources only.

Continue reading “Why getting ‘water affordability’ right matters – and how water diaries can be of help”

Are you responsible for universal, safe, sufficient, affordable & equitable water services?

by Johanna Koehler, University of Oxford, re-posted from REACH

The answer to this question was mixed by the policymakers across all 47 water ministries of the first devolved county governments in Kenya. Political, socioclimatic and spatial factors influence to what degree county policymakers assume responsibility for the water service mandate. A new article published in Geoforum presents novel insights into Kenya’s devolution and water service reform drawing on perceptions by all devolved county water ministries.

Continue reading “Are you responsible for universal, safe, sufficient, affordable & equitable water services?”

Safe Water for All: REACHing everyone in Bangladesh

by Dr. Rob Hope, University of Oxford, Prof. Mashfiqus Salehin, Bangladesh University of Engineering and Technology and Dara Johnston, UNICEF Bangladesh , re-posted from REACH

A large concrete pipe belches untreated sewage into the Buriganga River in Dhaka, whilst men wade through the water to shift aggregate to construct more buildings for more people. The riverbanks team with life and colour as hospital bed sheets dry after being recently washed in the river, bamboo poles float-in-waiting for the next tower block and mountains of fresh fruit lie ready for sale in nearby markets while countless children play without a care in the water.

Continue reading “Safe Water for All: REACHing everyone in Bangladesh”

New 2018 RWSN webinar series (April 3rd – June 5th, 2018)

Mark your calendars! RWSN is delighted to announce its 2018 series of 10 webinars dedicated to rural water services, April 3 -June 5, in English, French, Spanish and/or Portuguese!

To attend any of the webinars, please register here by April 2nd: http://bit.ly/2prrVf3

We will hear from more than 20 organisations on a range of topics, including:

· A special double session with the WHO/ UNICEF Joint Monitoring Programme to find out how you can make the most of the JMP data, and how countries nationalise SDG6 targets and indicators (May 2nd and May 29th);

· The challenges specific to sustainable and safe water supply in peri-urban areas and small towns, with a focus on the urban poor (April 17th and 24th);

· Practical ways of financing to reduce corruption in the sector (April 3rd), and to improve social accountability for better rural water services (May 8th);

· A discussion on community-based water point management (April 10th), and a radio show-style session showcasing experiences with capacity strengthening for professional drilling (June 5th);

· A debate on water kiosks (May 15th), and the role of self-supply and local operator models for universal access in rural areas (May 22nd).

To find out more about the session topics, dates and times, see here: http://www.rural-water-supply.net/en/news/details/66

To attend any of the webinars, please register here by April 2nd: http://bit.ly/2prrVf3

Getting to the heart of climate resilient WASH

by Dr John Butterworth, IRC WASH Ethiopia – re-posted with permission

Climate resilient WASH is about new ways of working across the traditional humanitarian and development sectors. We went to one of the harshest spots in Ethiopia, and surely in the world, to find out more.

Photo: An existing water point in Afdera, Afar

Continue reading “Getting to the heart of climate resilient WASH”

#RWSN @ #WWW : the presentations

RWSN co-convened two sessions at last week’s SIWI World Water Week in Stockholm and presentations are available to download:

WASHoholic Anonymous – Confessions of Failure and how to Reform

All presentations: http://programme.worldwaterweek.org/sites/default/files/panzerbeiter_lt_1400.pdf

Build and Run to Last: Advances in Rural Water Services

Continue reading “#RWSN @ #WWW : the presentations”